قال الله تعالى

 {  إِنَّ اللَّــهَ لا يُغَيِّــرُ مَـا بِقَــوْمٍ حَتَّــى يُـغَيِّـــرُوا مَــا بِــأَنْــفُسِــــهِـمْ  }

سورة  الرعد  .  الآيـة   :   11

ahlaa

" ليست المشكلة أن نعلم المسلم عقيدة هو يملكها، و إنما المهم أن نرد إلي هذه العقيدة فاعليتها و قوتها الإيجابية و تأثيرها الإجتماعي و في كلمة واحدة : إن مشكلتنا ليست في أن نبرهن للمسلم علي وجود الله بقدر ما هي في أن نشعره بوجوده و نملأ به نفسه، بإعتباره مصدرا للطاقة. "
-  المفكر الجزائري المسلم الراحل الأستاذ مالك بن نبي رحمه الله  -

image-home

لنكتب أحرفا من النور،quot لنستخرج كنوزا من المعرفة و الإبداع و العلم و الأفكار

الأديبــــة عفــــاف عنيبـــة

السيـــرة الذاتيـــةالسيـــرة الذاتيـــة

أخبـــار ونشـــاطـــاتأخبـــار ونشـــاطـــات 

اصــــدارات الكـــــاتبــةاصــــدارات الكـــــاتبــة

تـــواصـــل معنــــــاتـــواصـــل معنــــــا


تابعنا على شبـكات التواصـل الاجتماعيـة

 twitterlinkedinflickrfacebook   googleplus 


إبحـث في الموقـع ...

ألبــــوم الصــــور

مواقــع مفيـــدة

rasoulallahaomabinbadisbassairveccosassalachihabbinnabilejeunemusulmansultan cerhso shamela wefaqdev iktab
الجمعة, 02 آذار/مارس 2018 10:15

Hassnâa Ben Sâad la martyre de la bataille de Fellouja 17

كتبه  Afaf Aniba
قيم الموضوع
(0 أصوات)
Hassnâa Ben Sâad la martyre de la bataille de Fellouja 17

Une semaine après l'arrivée de Hassnâa Ben Sâad, la jeune fille s’organisa de telle façon que pratiquement elle n’avait pas de temps mort. Anne Degrange évacuée vers les USA, la jeune fille Irakienne fit de son mieux auprès du médecin chirurgien Arthur Vicks, celui-ci très vite constata qu’il avait en sa personne une des meilleures infirmières qu’il eut à cotoyer. Il eut tôt fait de remarquer l’augmentation sensible de soldats venant le consulter à tout propos, il en connaissait la raison : Hassnâa Ben Sâad.

La jeune fille perspicace, s’était accordée avec l’infirmière Dolly Dayton et lui renvoyait tous ceux qui dépassaient le seuil du cabinet de consultation et ayant le type du malade imaginaire, sauf le cas d’un officier qui lui parut sérieux, il présentait les symptômes d’une appendicite, il fut prit rapidement en charge et au bout de deux heures, Hassnâa veilla à ce qu’il soit installé pour la période post opératoire dans une pièce qui n’avait guère été utilisé jusque là.

La jeune fille s’était assignée comme règle de cantonner sa présence dans le périmètre de l’hôpital et prenait ses repas dans une pièce qui lui avait été dévolu comme bureau ou dans sa chambre. Arthur Vicks et Dolly Dowton avaient tous deux relevés le caractère secret de la jeune Irakienne, avare en paroles, elle travaillait conscieusement. Un matin, elle était à la pharmacie quand le soldat Mike Delghout se présenta à elle avec une ordonnance électronique. Elle lui remit le psychotrope prescrit un stimulant psychomoteur Amphétamines tout en notant le fait. Un quart d’heure plus tard Arthur Vicks vint la rejoindre, il discuta avec elle du cas d’un blessé grave :

-Je suis en train de me dire que si son état ne s’améliore pas d’ici 48h, je serais obligé de le rapatrier sur l’hôpital de Bethesda. Déclara le médecin chirurgien.

La jeune fille avait acquiscée en silence puis d’une voix franche, elle demanda :

-Tout à l’heure le soldat Delghout est venu chercher son amphétamine, je remarque Dr que quelques-uns de vos hommes font un usage abusif de psychotrope.

-En effet, c’est la catégorie la plus vulnérable de nos soldats, il y en a qui s’engagent dans l’armée pour fuir les problèmes du quotidien et bien entendu les conditions de guerre et le faite de jouer leurs vies à tout instant, les fragilise encore plus.

-Ne devraient-ils pas être suivis par des psychologues ? Parce que pour dire vrai, un soldat mentalement déstabilisé et  lourdement armé peut à lui seul commettre un carnage. Répliqua la jeune fille.

Dévisageant un court instant Hassnâa, Arthur Vicks fit dans un soupir :

-Vous raisonnez juste Ben Sâad mais pour l’instant notre hiérarchie militaire ne voit pas dans la présence de psychologues à nos côtés une nécessité absolue.

قراءة 172 مرات آخر تعديل على الخميس, 03 أيار 2018 21:47

رأيك في الموضوع

{ مَا يَلْفِظُ مِن قَوْلٍ إِلَّا لَدَيْهِ رَقِيبٌ عَتِيدٌ } سورة ق الآية 18