قال الله تعالى

 {  إِنَّ اللَّــهَ لا يُغَيِّــرُ مَـا بِقَــوْمٍ حَتَّــى يُـغَيِّـــرُوا مَــا بِــأَنْــفُسِــــهِـمْ  }

سورة  الرعد  .  الآيـة   :   11

ahlaa

" ليست المشكلة أن نعلم المسلم عقيدة هو يملكها، و إنما المهم أن نرد إلي هذه العقيدة فاعليتها و قوتها الإيجابية و تأثيرها الإجتماعي و في كلمة واحدة : إن مشكلتنا ليست في أن نبرهن للمسلم علي وجود الله بقدر ما هي في أن نشعره بوجوده و نملأ به نفسه، بإعتباره مصدرا للطاقة. "
-  المفكر الجزائري المسلم الراحل الأستاذ مالك بن نبي رحمه الله  -

image-home

لنكتب أحرفا من النور،quot لنستخرج كنوزا من المعرفة و الإبداع و العلم و الأفكار

الأديبــــة عفــــاف عنيبـــة

السيـــرة الذاتيـــةالسيـــرة الذاتيـــة

أخبـــار ونشـــاطـــاتأخبـــار ونشـــاطـــات 

اصــــدارات الكـــــاتبــةاصــــدارات الكـــــاتبــة

تـــواصـــل معنــــــاتـــواصـــل معنــــــا


تابعنا على شبـكات التواصـل الاجتماعيـة

 twitterlinkedinflickrfacebook   googleplus 


إبحـث في الموقـع ...

  1. أحدث التعليــقات
  2. الأكثــر تعليقا

ألبــــوم الصــــور

مواقــع مفيـــدة

rasoulallahaomabinbadisbassairveccosassalachihabbinnabilejeunemusulmansultan cerhso shamela wefaqdev iktab
الخميس, 04 نيسان/أبريل 2019 16:07

L'inconnue de la gare München "Hauptbahnhof 11

كتبه  Afaf Aniba
قيم الموضوع
(0 أصوات)
L'inconnue de la gare München "Hauptbahnhof 11

Le reflet de la jeune femme que lui renvoyait les petits carreaux d'une fenêtre à l'ancienne distraya son attention. Sa fine silhouette se mouvait en silence, d'un rayon à un autre, lisant les titres des livres, l'apparition d'autres visiteurs la cachait parfois à sa vue. 

Lui qui auparavant détestait entendre parler de l'autre qui n'était pas Européen, comprenait à présent l'attitude courageuse de Johann Wolfgang Von Goethe. A une époque où l'Orient était perçu comme un thème exotique, le penseur Allemand avait su à travers le recueil de poème "Divan Occidental-Oriental" soumettre aux lecteurs du vieux continent un autre regard, un jugement qui loin d'être partial avait donné la juste mesure de la particularité spécifique de l'Orient.

La fascination qu'avait suscité l'Orient dans l'esprit de Goethe découlait d'un intérêt réel et d'un respect sincère pour un monde si profondément différent du nôtre" Pensa en son for intérieur le jeune homme. Il ne savait pourquoi pendant des années, il avait fait sienne l'opinion de penseur Allemand supra-nationaliste. Il convenait maintenant que vis-à-vis de certaines vérités, de certains faits, il faut veiller à prendre du recul et à réserver son avis pour pouvoir en émettre un basé sur une appréciation compléte et non partant d'un à priori qui au final ne peut être que subjectif.""

-Mr Fedvon, je vous prie, fit la voix de la jeune femme, il tressaillit et relevant ses yeux sur elle, il constata qu'elle était revenue vers lui :

-Oui Mademoiselle ? Lui dit-il.

-Venez, fit-elle en le conduisant au fond de la grande pièce. Dans un angle, elle lui désigna de la main un titre :

-Vous voyez là, ce livre relié en cuir vert à votre droite, lui di-elle.

-Oui, je le vois. Mais je ne peux déchiffrer l'écriture, ce n'est pas de l'Allemand. Lui répondit-il

-C'est le recueil de poème "Le Divan" de Mohamed Chamsddine Hafedh de Chiraz, il est écrit en Persan, expliqua Kerman Arth, est-ce l'original ?

-Je n'en sais rien, fit le ton spontané Frank Fedvon, nous devrions le demander au conservateur du musée, il a son bureau au rez-de chaussée,  on va descendre le consulter.

-La copie du "Le Divan" de Hafedh De Chiraz est une copie authentique, elle appartient à Von Goethe, et la gardait jalousement pour lui et refusait de la prêter à quiconque. Déclara le conservateur, un monsieur entre deux âges à la mine avenante.

Le remerciant, Fedvon entendit la jeune femme lui dire :

-Avez-vous lu "Le Divan" Monsieur ?

-Non.

-Je vous recommande vivement de le lire, lui dit-elle.

-A condition que je le trouve traduit en Allemand, fit-il.

-Justement, vous devriez le lire traduit mais dans une traduction contemporaine à Mr Goethe, émit la jeune femme.

-Pourquoi ? S'enquit étonné le jeune homme.

-Parce que les traducteurs de cette époque devaient être plus ou moins imprégnés de l'Orient de Hafedh Al-Chirazi que ne le sont ceux d'aujourd'hui et puis notre monde de ce 21 siècle n'est plus que le pâle fantôme du régne de la civilisation musulmane qui était à son apogée du temps du grand poète Persan, nous vivons l'ére de la décadence et nous avons perdus ce qui a fait notre force et la beauté de notre existence.

Dans la voix de la jeune femme, il avait décelé une note d'infini tristesse. 

قراءة 50 مرات آخر تعديل على الأحد, 21 نيسان/أبريل 2019 20:20

رأيك في الموضوع

{ مَا يَلْفِظُ مِن قَوْلٍ إِلَّا لَدَيْهِ رَقِيبٌ عَتِيدٌ } سورة ق الآية 18