قال الله تعالى

 {  إِنَّ اللَّــهَ لا يُغَيِّــرُ مَـا بِقَــوْمٍ حَتَّــى يُـغَيِّـــرُوا مَــا بِــأَنْــفُسِــــهِـمْ  }

سورة  الرعد  .  الآيـة   :   11

ahlaa

" ليست المشكلة أن نعلم المسلم عقيدة هو يملكها، و إنما المهم أن نرد إلي هذه العقيدة فاعليتها و قوتها الإيجابية و تأثيرها الإجتماعي و في كلمة واحدة : إن مشكلتنا ليست في أن نبرهن للمسلم علي وجود الله بقدر ما هي في أن نشعره بوجوده و نملأ به نفسه، بإعتباره مصدرا للطاقة. "
-  المفكر الجزائري المسلم الراحل الأستاذ مالك بن نبي رحمه الله  -

image-home

لنكتب أحرفا من النور،quot لنستخرج كنوزا من المعرفة و الإبداع و العلم و الأفكار

الأديبــــة عفــــاف عنيبـــة

السيـــرة الذاتيـــةالسيـــرة الذاتيـــة

أخبـــار ونشـــاطـــاتأخبـــار ونشـــاطـــات 

اصــــدارات الكـــــاتبــةاصــــدارات الكـــــاتبــة

تـــواصـــل معنــــــاتـــواصـــل معنــــــا


تابعنا على شبـكات التواصـل الاجتماعيـة

 twitterlinkedinflickrfacebook   googleplus  


إبحـث في الموقـع ...

  1. أحدث التعليــقات
  2. الأكثــر تعليقا

ألبــــوم الصــــور

1f37cbc9fb3bec15836bb135bb6e2a8f 

مواقــع مفيـــدة

rasoulallahbinbadisassalacerhso  wefaqdev iktab
الجمعة, 29 تشرين2/نوفمبر 2019 07:55

Extrait du livre du Général Colin Powell "Un enfant du Bronx" "

كتبه  Le Général Colin Powell
قيم الموضوع
(0 أصوات)

Les régles de Colin Powell

1/Ce n'est pas aussi terrible que ça. Ca ira mieux demain.

2/ Poussez une grosse colère, et après, n'en parler plus.

3/N'ayez pas trop la grosse tête. Vous en pâtirez moins quand vous échouerez.

4/Vous pouvez le faire !

5/Attention à vos choix. Ensuite, il faut faire avec.

6/Ne laissez pas des données contradictoires vous empêchez de prendre une décision.

7/On ne décide pas à la place des autres. Ne laissez pas les autres décider pour vous.

8/Vérifiez les détails les plus infimes.

9/ Partagez les succès avec vos collaborateurs.

10/Restez calme et soyez gentil.

11/Ayez une vision d'ensemble et soyez exigeant.

12/N'écoutez pa ni vos peurs ni les gens négatifs.

13/Un optimisme permanent rend plus fort.

Chapitre XIX 

TOUTE GUERRE DOIT FINIR UN JOUR

Je suis resté debout pratiquement toute la nuit du 16 au 17 janvier, pendu au téléphone et regardant d'un oeil la télévision. C'était la première fois que nous étions engagés dans une guerre  dont les images étaient retransmises en direct  de la capitale ennemie. Un peu après cinq heures du matin, heure de Washington, Schwarzkopf m'a appelé pour me faire son premier compte rendu sur la campagne aérienne. Norm était trop professionnel pour se laisser aller à des débordements d'émotion après cette première victoire, mais il avait du mal à se retenir :"Nous avons effectué huit cent cinquante missions. La plupart de nos objectifs ont été atteints."

Les principaux silos irakiens contenant des  armes chimiques et nucléaires avaient été durement touchés. Leurs systèmes anti-aériens avaient été détruits à l'ouest. Leurs dépôts de matériels étaient en flammes et deux bases de Scud avaient été touchées. "L'immeuble d'ITT au centre de Bagdad est un véritable brasier et nous avons complétement détruit un des palais de Saddam."

Voilà pour les bonnes nouvelles. J'étais inquiet pour le reste,"Et les victimes ?"

"Colin, c'est incroyable." En fait, deux avions seulement avaient été abattus alors que nous nous attendions à en perdre jusqu'à soixante-quinze au cours de cette première offensive. Nos chasseurs furtifs F-117A, qui n'avaient servi qu'une seule fois auparavant, à Panama, avaient traversé les défenses anti-aériennes irakiennes comme des fantômes. L'artillerie anti-aérienne irakienne s'était révélée aussi désorganisée qu'inefficace et c'était tout juste si les forces aériennes de Saddam avaient pu décoller. Face à une résistance aussi faible, le premier jour de la guerre avait été un succès.

Le contrôle du trafic aérien avait été un superbe exploit. Pendant la première nuit, sept cents avions de combat de la coalition avaient attaqué l'Irak. C'était la première fois qu'on lançait des missiles de croisière. Cent soixante avions-citernes sillonnaient le ciel pour réapprovisionner cette armada des airs. Devant ce trafic de chasseurs, de bombardiers, de tankers, de missiles, l'aéroport international de Chicago aurait eu l'air d'un aéroport de campagne.

 

Extrait du livre du général Colin Powell au titre de "Un enfant du Bronx" Editions Odile Jacob, collection "Nouveaux Horizons" Le titre original "My American  Journey" publié en accord avec Randoum House, 1995

Chapitre XIX, page 432-433

قراءة 557 مرات آخر تعديل على الجمعة, 06 كانون1/ديسمبر 2019 13:51

أضف تعليق


كود امني
تحديث