قال الله تعالى

 {  إِنَّ اللَّــهَ لا يُغَيِّــرُ مَـا بِقَــوْمٍ حَتَّــى يُـغَيِّـــرُوا مَــا بِــأَنْــفُسِــــهِـمْ  }

سورة  الرعد  .  الآيـة   :   11

ahlaa

" ليست المشكلة أن نعلم المسلم عقيدة هو يملكها، و إنما المهم أن نرد إلي هذه العقيدة فاعليتها و قوتها الإيجابية و تأثيرها الإجتماعي و في كلمة واحدة : إن مشكلتنا ليست في أن نبرهن للمسلم علي وجود الله بقدر ما هي في أن نشعره بوجوده و نملأ به نفسه، بإعتباره مصدرا للطاقة. "
-  المفكر الجزائري المسلم الراحل الأستاذ مالك بن نبي رحمه الله  -

image-home

لنكتب أحرفا من النور،quot لنستخرج كنوزا من المعرفة و الإبداع و العلم و الأفكار

الأديبــــة عفــــاف عنيبـــة

السيـــرة الذاتيـــةالسيـــرة الذاتيـــة

أخبـــار ونشـــاطـــاتأخبـــار ونشـــاطـــات 

اصــــدارات الكـــــاتبــةاصــــدارات الكـــــاتبــة

تـــواصـــل معنــــــاتـــواصـــل معنــــــا


تابعنا على شبـكات التواصـل الاجتماعيـة

 twitterlinkedinflickrfacebook   googleplus 


إبحـث في الموقـع ...

  1. أحدث التعليــقات
  2. الأكثــر تعليقا

dathenألبــــوم الصــــور

مواقــع مفيـــدة

rasoulallahbinbadisveccosassalabinnabilejeunemusulmansultan cerhso  wefaqdev iktab
السبت, 20 حزيران/يونيو 2020 14:57

Aéroport John Fitzgerald Kennedy /Aéroport Charles de Gaulle/ Aéroport Houari Boumediene

كتبه  Afaf Aniba
قيم الموضوع
(0 أصوات)
Aéroport  John Fitzgerald Kennedy /Aéroport Charles de Gaulle/ Aéroport Houari Boumediene

C'était devant une porte numéro 6, je ne descendais pas, ma porte était numéro 3. Je restais assise dans le bus, en examinant l'espace autour de moi, le ciel était d'un gris morose. Quelques intellectuels Arabes prétendent que Charles de Gaulle le président nous a fait cadeau de l'indépendance, je souriais malgré moi. Je venais de l'aéroport John Fitzgerald Kennedy le président Américain qui nous a soutenu fermement avec une générosité d'âme incomparable et l'un de ses meurtriers a été l'OAS terroriste.

Un nouveau arrêt, de nouveaux voyageurs descendirent et enfin vint la porte numéro 3, prenant mon sac à dos, je sautais à terre vivement et je montais les marches des escaliers tout en ramassant les bords de ma longue jupe cloche et en débouchant en haut, il y avait un employé Français qui à ma question posé rapidement, m'indiqua la direction à prendre :

-C'est par là madame tout droit à votre gauche.

-Merci, je partais d'un bon pas tranquille, la chose qui me mettait à l'aise en Occident, c'est le respect dont est entouré toute femme qui se respecte. On se mouve facilement, on prend taxi, train, avion sans être harcelé visuellement par le regard méprisant des voyous Algériens. Dans mon pays, je ne me déplace pratiquement pas, je fais tout mon travail par internet et je dois être conduite par mon frère dans sa voiture, je ne prends pas de bus où la promiscuité des corps est dégoûtante.

Arrivée, enfin dans la salle d'attente où Air Algérie devait me confirmer mon billet, je trouvais le bureau fermé, je n'accordais que peu d'attention à la chose, car mon interpréte Sara désigné par le gouvernement Américain avait appelé la veille de New York, Air Algérie à l'aéroport Charles de Gaulle pour confirmer mon vol de today.

Je me reposais un moment puis j'allais m'acheter une barre de chocolat quand soudain une voix masculine s'adressa à moi en Arabe. 

-Ma soeur

Je me tournais et je reconnus l'un des deux Algériens qui étaient partis avec moi de Alger à Francfort lui aussi désigné comme Visiteur International leadership Program mais dans le volet éducation, il me salua et son collègue, je les saluais, ils me demandèrent de mes nouvelles comment s'est passé le séjour de 21 jours.

-Excellent, je leur ai répondue.

-Vous n'étiez pas dans notre avion, on croyaient vous retrouver puisque vous devez rentrer  à la même date que nous, me fit remarquer l'un des ces messieurs professeurs d'Anglais.

Voulant couper court :

-Je suis venue de New York et je crois que vous êtes venu de Washington.

-Oui en effet.

-Bien merci beaucoup mais veuillez je vous prie m'excuser maintenant .

Je m'éloignais, j'achetais un livre, puis je me mis à marcher, comme c'était mon sport je l'ai pratiqué dans les couloirs jusqu'a l'arrivée de l'employée de Air Algérie. Je m'avancais, me dépassa alors une dame Algérienne non pratiquante. Son geste me surprit,  j'étais la première arrivée et la voilà sans égard au tour elle m'ignore, malgré tout je m'excusais auprès d'elle lui annonçant que j'arrivais de New York et que je voulais juste confirmer une seconde fois ma réservation.

Au début souriante, je vis un éclair de déplaisir dans son regard quand elle entendit le nom de la ville de New York, je fis semblant de n'avoir rien remarqué et je m'adressais à l'employée de Air Algérie, celle-ci répondit aimablement puis fut vite accaparée par la dame et deux autres hommes. .

Je remerciais et m'éloignait

Je prenais place pour lire à loisir mon livre de Jeremy Rifkin. j'étais plongée jusqu'au cou dans ma lecture quand enfin j'entendis l'annonce de départ du vol d'Air Algérie, je me levais et sortant mon passport et mon ticket d'embarquement, je passais avec les mesures de sécurité, puis j'allais à nouveau m'asseoir. Le personnel de Air Algérie était au top, comme d'habitude, patient et gentil. Soudain, je sentis une personne venir s'asseoir non loin de moi, je levais brièvement les yeux une vieille dame Algérienne. Je revenais à mon livre, une fois encore j'entendis quelqu'un s'adresser à moi mais cette fois en Français, je levais les yeux c'était la vieille dame en habit traditionnelle, je lui répondis en Arabe notre langue nationale, ne comprenant pas pourquoi elle utilisait avec moi l'Algérienne la langue du colonialisme Français, je ne comprendrais jamais décidément les Algériens. 

Autour de moi des Algériens du transit arrivaient, je ne sus pourquoi je ne me reconnaissais en aucun d'eux. Leurs apparences, leurs parlers incompréhensibles et leurs manières m'horripilaient, très peu d'entre eux étaient civilisés, silencieux avec leurs attaché case, laptop et sac bien habillés et polis. La pauvre France qui ne cesse de recevoir nos délinquants Algériens et nos immigrants illégaux, comme je me solidarise avec Mme Marine Le Pen, cette dame si courageuse si patriote, vivement elle à la présidence Française.

 ;Tout à la joie de retrouver mon pays chéri, j'essayais d'oublier et c'est avec un grand plaisir que je me levais pour l'embarquement.

L'avion était spacieux, je m'asseyais près d'un hublot toute heureuse de ma chance. Au moment du décollage je dois dire que le pilote Algérien est un as du vol, on s'est retrouvé en plein ciel sans nous en rendre compte tellement le décollage s'est fait en un tourne main et avec une absolue maîtrise.

Je vous épargne les incivilités de quelques voyageurs Algériens, je dois louer la patience de l'équipage d'Air Algérie, soft et intelligent.

Du hublot, je guettais les côtes Algériennes tout en admirant le relief de la France, ce n'est qu'une fois sur la Méditerranéen que je respirais. Ya Allah une absence de 21 jours m'avait paru un siècle. Enfin et à l'annonce du pilote on arrivaient en mer Algérienne et bientôt sur ma terre chérie.

A tout Algérien je dirais, ce que vous avez perdus en quittant votre pays éternel est irremplaçable, Aldjazair est notre paradis sur la terre, Aldjazaïr est le pays unique au monde, si beau si majestueux si généreux aux racines ancrés dans une histoire qui s'étend sur 6 milles ans.

La terre de Jugurtha, Massinissa, de Tarek Ibn Ziayd, de Amirouche, de Alarbi Ben Mhidi, de Mostefa Ben Boulaid, de Zighoud Youssef, la terre qui nous rassemble et nous a nourrit et auquels nous appartenons jusqu'au jour du jugement.

Au moment de l'atterrissage, je voulais rire, exprimer ma joie mais c'était des larmes de joie qui coulèrent, toutes les formalités remplis, ma valise retirée après une attente plus ou moins longue, je sortais et après quelques errements je retrouvais mes deux frères l'un partant pour un voyage professionnel et l'autre venu me chercher. Mon frère partant me serra longuement dans ses bras, puis me dit :

-Au revoir inshâallah Afaf.

-Bon voyage. Je lui lançais.

Mon cadet tirant ma grande valise je le suivais avec mon sac à dos. Heureux on se parlait s'échangeant les nouvelles et voilà mon récit se termine ici ...

المجد و الخلود للجزائر الله أكبر الجزائر مسلمة 

قراءة 91 مرات آخر تعديل على الخميس, 09 تموز/يوليو 2020 19:02

رأيك في الموضوع

{ مَا يَلْفِظُ مِن قَوْلٍ إِلَّا لَدَيْهِ رَقِيبٌ عَتِيدٌ } سورة ق الآية 18