قال الله تعالى

 {  إِنَّ اللَّــهَ لا يُغَيِّــرُ مَـا بِقَــوْمٍ حَتَّــى يُـغَيِّـــرُوا مَــا بِــأَنْــفُسِــــهِـمْ  }

سورة  الرعد  .  الآيـة   :   11

ahlaa

" ليست المشكلة أن نعلم المسلم عقيدة هو يملكها، و إنما المهم أن نرد إلي هذه العقيدة فاعليتها و قوتها الإيجابية و تأثيرها الإجتماعي و في كلمة واحدة : إن مشكلتنا ليست في أن نبرهن للمسلم علي وجود الله بقدر ما هي في أن نشعره بوجوده و نملأ به نفسه، بإعتباره مصدرا للطاقة. "
-  المفكر الجزائري المسلم الراحل الأستاذ مالك بن نبي رحمه الله  -

image-home

لنكتب أحرفا من النور،quot لنستخرج كنوزا من المعرفة و الإبداع و العلم و الأفكار

الأديبــــة عفــــاف عنيبـــة

السيـــرة الذاتيـــةالسيـــرة الذاتيـــة

أخبـــار ونشـــاطـــاتأخبـــار ونشـــاطـــات 

اصــــدارات الكـــــاتبــةاصــــدارات الكـــــاتبــة

تـــواصـــل معنــــــاتـــواصـــل معنــــــا


تابعنا على شبـكات التواصـل الاجتماعيـة

 twitterlinkedinflickrfacebook   googleplus  


إبحـث في الموقـع ...

  1. أحدث التعليــقات
  2. الأكثــر تعليقا

ألبــــوم الصــــور

e12988e3c24d1d14f82d448fcde4aff2 

مواقــع مفيـــدة

rasoulallahbinbadisassalacerhso  wefaqdev iktab
الثلاثاء, 01 تموز/يوليو 2014 09:57

L’entrée triomphale à la Mecque 1/2

كتبه  Le regretté Mr Mokhtar Aniba
قيم الموضوع
(0 أصوات)

Piqués au vif, par la bataille de Badr, humiliés par cet échec, les Mecquois projetèrent une revanche. L’année suivante, ils rassemblèrent une troupe de trois milles hommes qui marcha droit sur Médine.

Mohamed et les croyants avaient pris position à proximité de la ville, sur les pentes du Mont Ohod. Cependant, Les Mecquois foncèrent sur eux par derrière et semèrent la panique dans leurs rangs le Prophète fut blessé et son oncle Hamza tué mais ce qui subsistait de la troupe musulmane put se replier sur Médine. Les Koraïchites ne manquèrent pas de pavoiser en essayant de faire entendre, cause que c’était fait de la fortune de l’insolent rebelle qui répandait le trouble dans le pays et menacer de ruiner leur commerce par ses rapines. (L’insolent rebelle ) allusion au Prophète Mohamed ( que la bénédiction de Dieu soit sur lui.)

Dans leur volonté en finir avec « l’illuminé », les koraïchites se liguèrent avec une douzaine de tribus et vinrent en l’an 4 de l’hégire mettre le siège devant Médine.

Mais Mohamed était un esprit plein de ressources et ses ennemis allaient l’apprendre à leurs dépends : il utilisa les services du croyant Selam Al-Farissi et fit creuser un fossé derrière lequel ils se retranchèrent (guerre du fossé).

Réduits à l’inaction, les assaillants ne tardèrent pas à se quereller entre eux, et enfin, lassés du siège, se retirèrent.

La résistance victorieuse que Mohamed opposait aux koraïchites eut pour conséquence de dédouaner sa politique intérieure. Le prestige acquis au détriment de ses ennemis de la Mecque lui donnait les coudées franches dans son combat avec les Juifs qui s’étaient tenus à l’écart de « L’Oumma ».

Après la victoire de Badr, étant assuré contre un retour offensif des Mecquois, il entra en campagne contre les Banou Qaïnoka, les fit expulser et distribua leurs biens aux immigrants.

Désormais, le Prophète n’a plus d’adversaires à Médine. L’Oumma qui consacre son pouvoir temporel a maintenant une existence réelle. Au point : où il en est, Mohamed a le sentiment qu’il est en mesure de traiter de puissance à puissance avec ses ennemis de la Mecque.

Les Koraïchites ont pus jadis mépriser en lui l’homme religieux. Le Prophète inspiré à présent, ils rectifient cette façon de penser et commençent à lui rendre justice. La stature de Mohamed n’était pas sans impressionner. Les marchands Mecquois qui n’entendent que des arguments terre à terre, commencent à regarder maintenant Mohamed comme un interlocuteur valable.

Attentif à l’évolution des esprits, le Prophète songe alors à retourner dans sa ville natale. En mars 628 de l’ère Chrétienne, pendant l’un des mois sacrés, il part avec quelques compagnons, en état de sacralisation(en pèlerinage), pour l’accomplir à la Mecque.

Démarche prématurée : la situation n’est pas suffisamment mûre pour qu’on puisse déjà mettre un terme au conflit.

Les Koraïchites s’opposent à son entrée dans la ville, Mohamed n’en persiste pas moins dans ses intentions et établit son camp à Hodaybiya. Commence alors entre les deux parties une négociation qui témoigne du nouvel état d’esprit de chacun.

Extrait du livre Mr Mokhtar Aniba "Pour une saine conception du jeûne" 

قراءة 1961 مرات آخر تعديل على السبت, 27 حزيران/يونيو 2015 08:49

أضف تعليق


كود امني
تحديث