قال الله تعالى

 {  إِنَّ اللَّــهَ لا يُغَيِّــرُ مَـا بِقَــوْمٍ حَتَّــى يُـغَيِّـــرُوا مَــا بِــأَنْــفُسِــــهِـمْ  }

سورة  الرعد  .  الآيـة   :   11

ahlaa

" ليست المشكلة أن نعلم المسلم عقيدة هو يملكها، و إنما المهم أن نرد إلي هذه العقيدة فاعليتها و قوتها الإيجابية و تأثيرها الإجتماعي و في كلمة واحدة : إن مشكلتنا ليست في أن نبرهن للمسلم علي وجود الله بقدر ما هي في أن نشعره بوجوده و نملأ به نفسه، بإعتباره مصدرا للطاقة. "
-  المفكر الجزائري المسلم الراحل الأستاذ مالك بن نبي رحمه الله  -

image-home

لنكتب أحرفا من النور،quot لنستخرج كنوزا من المعرفة و الإبداع و العلم و الأفكار

الأديبــــة عفــــاف عنيبـــة

السيـــرة الذاتيـــةالسيـــرة الذاتيـــة

أخبـــار ونشـــاطـــاتأخبـــار ونشـــاطـــات 

اصــــدارات الكـــــاتبــةاصــــدارات الكـــــاتبــة

تـــواصـــل معنــــــاتـــواصـــل معنــــــا


تابعنا على شبـكات التواصـل الاجتماعيـة

 twitterlinkedinflickrfacebook   googleplus 


إبحـث في الموقـع ...

  1. أحدث التعليــقات
  2. الأكثــر تعليقا

ألبــــوم الصــــور

مواقــع مفيـــدة

rasoulallahaomabinbadisbassairveccosassalachihabbinnabilejeunemusulmansultan cerhso shamela wefaqdev iktab
الجمعة, 22 تشرين2/نوفمبر 2019 09:38

Les fugitifs de Jericho

كتبه  Afaf Aniba
قيم الموضوع
(0 أصوات)
Les fugitifs de Jericho

Matt Davenport ouvrit brusquement les yeux dans une nuit noire, le réveil à côté de lui indiquait 2h30 du matin.

"Pourquoi je me réveille maintenant ? Se dit-il, il se tourna vers sa femme sur le lit, sa place était vide et froide. Aussitôt, il se leva, il compris qu'il s'était endormie alors qu'elle ne l'avait pas rejointe la veille au soir.

Capitaine Matt Davenport sentait sourdre une colère contenue, le patron de sa femme avait une emprise insupportable sur elle. Avant d'aller la retrouver, il passa dans la chambre de leur fils Job, six ans. Il dormait comme un petit ange. De l'aile privée, il alla à l'aile professionnelle, il trouva Jenny, sa femme en tenue de travail s'étant levée et ayant fermée son lap-top, les traits tirés par la veillée.

A la vue de son mari, elle fit le ton contrit : 

-Désolée pour  hier soir mais tu sais que je suis en service commandé et quand il s'agit d'Israël,  le travail est à plein temps.

Apitoyé par la mine défaite de son épouse, Matt fit :

-Je sais Jenny mais regarde toi, tu es à bout.

Elle répondit :

-Rassure-toi, ma mission vient de se terminer. Dans 20 minutes, j'ai rendez-vous avec le patron et à partir de ce matin je suis en congé pour une semaine.

Bonne nouvelle ! Mais tu vas aller à ce rendez-vous maintenant ?

-Oui Matt, j'espère être de retour avant l'aube, fit Jenny.

-Bien, fit -il le ton résigné. De la fenêtre de leur salon, il la vit sortir sa voiture et partir. Pendant dix longues minutes, il réflechit :

-C'est incroyable Mon Dieu, je n'ai pas ma femme à ma disposition quand je veux !!  Quand le CIA confie une mission à Jenny, elle est complétement happée, elle qui est si fragile si conscieuse !! Pire Israël et le Cia ont des droits sur ma femme plus que moi!! Jusqu'a quand cet état de fait ? Je dois en discuter avec elle, comme nous avons une semaine de congé, on part pour le ranch de mes parents au Colorado.  Ce sera un changement pour nous et une occasion de nous rapprocher de la famille et de la nature, décida t-il.

Arrivé à Langley, Jenny Davenport alla à la rencontre de son patron direct Ian Dennison, en la voyant, il lui accorda immédiatement une demi-heure :
-Repose toi, je vais revoir ton travail et on se retrouve chez le grand patron, lui dit-il.
Elle acquiesça en silence, la demi-heure écoulée, elle se dirigea vers le bureau des crises. En entrant dans la grande pièce, elle dissimula un sursaut en reconnaissant le président des USA debout avec le grand patron. Il y avait elle, Ian Dennison, le président, le secrétaire d'état à la défense, le patron du NSA et le patron du Cia. En tout, six personne.
S'asseyant, la réunion fut ouverte par un court briefing de la part de Douglas Namara chef du Cia, et qui donna la parole ensuite à Jenny. Les nerfs en acier, la jeune femme déclara :
-Je suis prête à répondre à vos questions messieurs.
-Bien, Davenport, qui vous assure que le colonel Michael End est à Jericho mettant de côté les preuves matérielles que vous nous avez apporté ? Demanda la président Patrick Ayron.
-J'ai fait un stage avec le colonel Michael End de six mois dans notre base secrète à Haïfa, les photos qui sont entre votre mains sont bien les siennes. Aller à Jericho est un acte naturel de sa part, Michael End est un homme puissamment intelligent, il sait à fond comment nous raisonnons, et la dernière fois qu'il a été repérée après sa fuite par nos agents, il était à 80 km de Jericho. Donc normalement, il était en route pour cette ville et les photos des caméra du Casino de Jericho le démontre parfaitement. Expliqua Jenny Davenport.
-D'après vous est-il toujours à Jericho ?
-Oui, Monsieur mais pas pour longtemps
.

 

-Que voulez-vous dire Davenport ? S'enquit le président Patrick Ayron.
Se levant, et s'approchant de l'immense écran, Jenny montra la frontière Israélo-Jordanienne :
-Jericho est toute proche de cette frontière, le colonel Michael End va passer la frontière.
-Mais, objecta le président, les Israéliens et les Jordaniens sont sur le qui-vive, ils vont nécessairement le capturer.
-Eh bien Monsieur ! Le colonel End a une extraordinaire aptitude de vivre dans un environnement hostile et déjouer la vigilance de tous et puis, en traversant la frontière il le fera à un point où il est sûr qu'il ne sera point repéré et il n'ira pas loin, il ne s'enfoncera pas dans le désert Jordanien.
Un silence se fit dans la grande pièce.
Le chef du Cia prit la parole :
-End a la capacité de traverser le Jourdain et de passer en Jordanie mais une fois là que compte t-il faire ?
Les yeux des hommes se tournèrent vers Jenny Davenport, elle répondit le ton paisible :
- Le colonel Michael End est un patriote américain, s'il a agit ainsi, c'est qu'il avait ses raisons propres et je suis sûr d'un fait, il va bientôt nous contacter, c'est tout ce que je sais messieurs.
Le président Ayron, le ton rapide remercia vivement Jenny Davenport et son supérieur Ian Dennison et leur signifia leur congé tout en annonçant à la jeune femme :
-Aujourd'hui même, vous allez recevoir une promotion Davenport.
Une fois seul avec ses hommes, Patrick Ayron regarda le secrétaire d'état de défense jusque là silencieux :
-Il nous faut Michael End vivant, à aucun prix il ne doit être éliminé par nos alliés stratégiques.

Le chef du NSA assis en retrait avait actionné sa puce de communication et avait commencé à travailler en silence. Le général Edward Gates secrétaire d'état à la défense se départit enfin de son mutisme en disant :

-Patrick, tu es un homme franc, que soupçonnes-tu vraiment ?

Patrick Ayron eut un regard pour Douglas Namara le patron du Cia puis d'une voix calme fit :

-Souviens-toi qu'en nommant le colonel End chef de la section intelligence et militaire à notre ambassade à Jerusalem nous lui avons confié une mission particulière.

-Oui, je m'en souviens très bien.

-End depuis deux ans qu'il est à Jerusalem ne nous a jamais donné le signal qu'il a accomplit sa mission, ajouta le président.

-En effet, approuva le général Gates.

-Eh bien ! Pour être en fuite, actuellement, je crois que ce n'est que parce que il a rempli sa mission mais malheureusement les Israéliens l'ont découvert et ils ont tout intérêt à ce qu'il ne nous fait pas parvenir le résultat de son travail particulier.Fit le président Patrick Ayron.

-Patrick, le côté Israélien nous a communiqué pourquoi, ils doivent arrêter Michael End et leurs raisons sont logiques objecta Gates

A cet instant le chef de la NSA intervint :

Davenport a eu raison Michael End vient de nous contacter, regardez.

 Ayron et Gates d'un même mouvement se tournèrent vers l'immense écran... 

قراءة 48 مرات آخر تعديل على الأحد, 01 كانون1/ديسمبر 2019 08:24

رأيك في الموضوع

{ مَا يَلْفِظُ مِن قَوْلٍ إِلَّا لَدَيْهِ رَقِيبٌ عَتِيدٌ } سورة ق الآية 18